Les spectacles

Les Tondues

Photo : JP Estournet

Les Tondues - Enquête intime et historique, au croisement des arts

C’est l’histoire d’une quête à travers la ville.

Une ville où il s’est passé quelque chose qui n’a jamais été raconté.
Une chose dont il reste des traces.
Des traces dans la ville et des traces dans les corps de ceux qui veulent se souvenir.

C’est un spectacle qui cherche entre les pierres de la ville, interroge les silences de tous ceux qui se sont tus.
Qui tente de comprendre ce qu’il s’est passé parce que c’est notre histoire et que parfois l’histoire recommence.
Il y aura un jeune homme, une femme qui chante et une vieille femme.
Un piano roulant et des silhouettes de papier collées sur les murs.
On parlera d’elles et de nous, de mémoire perdue, de secrets de famille, de désirs et de liberté, d’humanité et de féminisme, de la nécessité de l’art et puis de la forêt d’Harcourt.

Entre 1941 et 1946, 20 000 femmes furent tondues sur les places publiques, dans l’ensemble du territoire français, accusées d’avoir eu des relations privilégiées avec les allemands.
Des millions de gens ont assisté à ces tontes.
Et nous n’en savons rien ou si peu.

Une déambulation portée par cinq artistes croisant théâtre, danse et musique où fiction et réalité se mêlent pour un moment plein de rage, d’amour et de mélancolie.

Voir l’agenda


Extraits de presse

TTT - Télérama - Thierry Voisin
" Tout commence par des silhouettes sur les murs de la ville. Et l’on découvre peu à peu la « légende noire » de ces femmes punies à la Libération . (...) Avec un spectacle coup de poing, Périne Faivre, toujours aussi audacieuse, réveille des milliers d’histoires, de cris. Elle parle de désir, de liberté, de toutes ces femmes encore aujourd’hui victimes des guerres. À voir absolument."

Le Figaro - François Delétraz
"Ce spectacle musicalement impeccable servi par un jeu d’acteur impressionnant retrace l’histoire de ces 20.000 femmes qui sous des prétextes divers ont été rasées sans autre forme de procès. Un spectacle poignant et subtil qu’il serait dommage de louper."

l’Humanité - Géraldine Kornblum

« Les Arts oseurs et leur nouvelle création, Les Tondues, déjà très remarquée cette saison tant elle relève d’une incroyable gageure (…). Le spectateur est invité à écouter par-delà les murs, entre les interstices de la ville, quitte à remettre en cause ses propres certitudes, sa morale ou sa force de compassion "

France Inter - Isabelle Pasquier

"Pour les Tondues, on déambule dans le quartier de Lili avec sa meilleure amie et son petit-fils. Périne Faivre signe cette création aussi audacieuse que bouleversante. (...) Et au-delà de toute morale, Les Tondues interroge aussi le silence, notre indifférence sur l’histoire en train de s’écrire aujourd’hui."